Tour d’horizon sur la sécheresse vaginale

sécheresse vaginale

Une femme sur deux a déjà souffert de sécheresse vaginale dans sa vie. C’est dire à quel point ce problème gynécologique, très gênant, est courant. Quelles sont les causes de ce trouble ? Et comment soigner la sécheresse intime ? Y a-t-il des remèdes naturels ? FertiNat répond à toutes vos questions !

Qu’est-ce que la sécheresse vaginale ? 

La sécheresse intime survient lorsque l’équilibre de la flore vaginale est perturbé. Elle provoque, entre autres, des irritations, des douleurs ou encore une baisse de la libido. Elle touche surtout les femmes ménopausées. Cependant, les femmes plus jeunes peuvent également en faire la désagréable expérience, notamment lors de la grossesse. 

Concrètement, que se passe-t-il ? En fait, la muqueuse vaginale s’affine, elle devient plus sèche et, par conséquent, plus fragile. Ainsi, ce terrain rend plus propice la formation de petites lésions, à l’origine d’irritations et de sensations de brûlure. Fort désagréable, la sécheresse vaginale peut aussi devenir très douloureuse. Et, de ce fait, rendre les rapports sexuels inconfortables, voire même impossibles. Dans ce cas, il est nécessaire d’aller consulter une gynécologue.

Quelles en sont les causes ? 

Les causes de la sécheresse vaginale sont de deux types : internes ou externes. Autrement dit, il existe certains facteurs externes, comme la prise de tabac, de médicaments ou bien d’alcool. D’autres facteurs, en revanche, sont d’origine hormonale. 

La glaire cervicale, qui sert à hydrater et à nettoyer le vagin, se modifie à certains moments de la vie des femmes.

La muqueuse, quant à elle, perd de son élasticité et se trouve déshydratée. En cause : la ménopause, la grossesse, l’allaitement ainsi que les différents stades du cycle menstruel. En d’autres termes, les variations hormonales sont responsables de ces changements intimes.

Comment traiter la sécheresse vaginale ? 

Tout d’abord, il est important d’effectuer un examen gynécologique afin de poser un diagnostic. Le médecin peut ensuite prescrire des lubrifiants intimes sous forme de gel ou d’ovule, principalement pour restaurer l’élasticité et l’hydratation.

Si la sécheresse vaginale est passagère, l’utilisation de lubrifiant en cure ou pendant les rapports évite la douleur. 

En ce qui concerne les femmes ménopausées, le spécialiste s’orientera davantage vers un traitement hormonal à base d’œstrogènes.

Cependant, il existe des alternatives plus naturelles au traitement hormonal. Les plantes, notamment, peuvent contribuer à réhydrater les muqueuses vaginales. C’est le cas des racines de vétiver, également connues sous le nom de khamaré.

Il s’agit de plantes médicinales africaines réputées pour soigner la sécheresse intime, et bien d’autres troubles gynécologiques. Les baies d’argousier ainsi que la vitamine E favorisent également la réhydratation vaginale.

Enfin, certains gestes peuvent réduire l’inconfort en attendant la réhydratation des muqueuses. 

  • En premier lieu, mieux vaut éviter de porter des vêtements trop serrés qui viendront frotter et irriter le vagin. 
  • Puis, dans un second temps, il faut porter un soin particulier au choix des produits de toilette intime. 
  • Les produits parfumés sont à bannir, de même que les savons trop agressifs, alcalins ou acides. 
  • On privilégiera alors des nettoyants intimes doux, au pH neutre et on évitera soigneusement de savonner ses muqueuses ! Seule la partie externe a besoin d’être lavée au savon. 
  • De la même façon, on se passera des douches vaginales. 
  • Pour finir, on évitera certains médicaments (lire les notices avec attention) et surtout, le tabac !
Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site web. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies